UNICEF Deux enfants de six et quatre ans devant un ordinateur portable à Podgorica, la capitale du Montenegro

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a publié mercredi 24 avril 2019 de nouvelles directives pour améliorer le développement moteur et cognitif des enfants de moins de cinq ans et éviter qu’ils tombent dans l’obésité.

 

Selon l’agence onusienne basée à Genève, les enfants de moins de cinq ansdoivent passer moins de temps devant leur écran, sur une poussette ou une chaise, avoir un meilleur sommeil et consacrer plus de temps aux jeux actifs afin qu’ils puissent grandir en bonne santé.

 

« Garantir la santé pour tous signifie faire ce qu’il y a de mieux pour la santé dès le début de la vie des personnes », a déclaré le Directeur général de l’OMS, le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, dans un communiqué. Selon le Dr Tedros, « la petite enfance est une période de développement rapide au cours de laquelle les modes de vie familiaux peuvent être adaptés pour améliorer la santé ».

 

Plus de sommeil et moins de temps dans une poussette pour les bébés

 

Les nouvelles directives de l’OMS sur l’activité physique, le comportement sédentaire et le sommeil des enfants de moins de 5 ans ont été élaborées par un groupe d’experts. Ces derniers ont évalué les effets d’un sommeil insuffisant sur les jeunes enfants et du temps passé à regarder des écrans ou à rester assis sur des chaises et des poussettes.

 

Enfants de moins d’un an :

Les enfants de moins d’un an devraient être actifs physiquement plusieurs fois par jour de différentes façons. Pour ceux qui ne peuvent pas encore se déplacer, cela comprend au moins une demi-heure d’activités physiques en position sur le ventre.

Les nourrissons devraient aussi dormir entre 14 et 17 heures quotidiennes jusqu’à l’âge de trois mois et entre 12 et 16 heures lorsqu’ils ont entre quatre et 12 mois.

 

Enfants de un et deux ans :

Dès l’âge d’un an, l’activité physique devrait passer à au moins trois heures par jour. La durée du sommeil devrait être de 11 à 14 heures quotidiennes. Outre le fait qu’ils ne devraient pas être mis en face d’un écran jusqu’à l’âge de deux ans, les bébés ne doivent pas être aussi maintenus dans une poussette, sur une chaise haute ou sur le dos de quelqu’un pendant plus d’une heure en continu. L’OMS recommande que les enfants de plus de deux ans ne soient pas exposés plus d’une heure par jour passivement à un écran à la maison.

 

Enfants de trois et quatre ans :

Les enfants de trois et quatre ans devraient faire au moins trois heures d’activité physique par jour. Cela comprend au moins une heure d’activité physique d’un niveau « modéré à vigoureux ». Par ailleurs, le temps passé devant les écrans ne doit pas dépasser une heure et un sommeil de bonne qualité est de 10 à 13 heures.

 

Ramener le jeu au cœur du dispositif cognitif de l’enfant

En dressant cette liste de bonnes pratiques pour les enfants de moins de cinq ans, l’OMS entend rappeler l’importance de l’enfance, période cruciale pour un bon développement et une bonne santé.

 

Selon l’agence onusienne, le non-respect des recommandations actuelles en matière d’activité physique est responsable de plus de cinq millions de décès dans le monde chaque année toute catégories d’âge confondues. Actuellement, plus de 23% des adultes et 80% des adolescents ne sont pas suffisamment actifs physiquement, déplore l’OMS.

 

Améliorer les activités physiques saines, réduire les comportements sédentaires et instituer un sommeil de qualité tôt dans la vie des enfants peut contribuer à façonner de bonnes habitudes tout au long de l’enfance, de l’adolescence et jusqu’à l’âge adulte.

 

« Ce dont nous avons vraiment besoin, c’est de ramener le jeu pour les enfants », a déclaré le Dr Juana Willumsen, responsable de la lutte contre l’obésité et de l’activité physique chez les enfants.

 

L’objectif de l’OMS est de mettre en avant les activités contribuant à pousser les enfants de la sédentarité à la récréation, tout en protégeant leur sommeil. La qualité du temps sédentaire passé dans des activités interactives sans écran, telles que la lecture, la narration, le chant et les jeux d’énigmes, est très importante pour le développement de l’enfant, souligne l’agence onusienne.

 

Source:news.un.org