©FAO/Amos Gumulira Des femmes dans un champ du village de Mzingo, au Malawi, en 2013.

Il est indispensable de donner la parole aux femmes rurales et de les écouter si l’on veut propager des connaissances sur les changements climatiques et inciter les États, les entreprises et les responsables locaux à agir, affirme le Secrétaire général de l’ONU à l’occasion de la Journée internationale des femmes rurales. 

 

« Ces pionnières de l’énergie verte, qui sont toujours les premières à adopter de nouvelles techniques agricoles et à intervenir en cas de crise, peuvent être un puissant moteur de progrès partout sur la planète », a affirmé António Guterres dans un message.

 

Le chef de l’ONU rappelle que près du tiers des femmes actives dans le monde travaillent dans l’agriculture. Elles constituent une large part de la main d’œuvre agricole, formelle et informelle, et effectuent la grande majorité des tâches domestiques et des soins - activités non rémunérées - au sein des familles et foyers en zones rurales. 

 

Elles contribuent aussi de manière significative à la production agricole, à la sécurité alimentaire et à la nutrition, à la gestion des terres et des ressources naturelles et au renforcement des capacités d'adaptation face aux changements climatiques.

 

« Elles cultivent la terre, fournissent la nourriture, l’eau et le combustible et font vivre des familles entières, mais n’ont pas un égal accès à la terre, au crédit, aux machines, aux marchés et aux responsabilités », a déploré M. Guterres.

 

Les changements climatiques aggravent la situation des femmes et des filles rurales

 

Les changements climatiques accentuent ces inégalités, ce qui aggrave encore la situation des femmes et des filles rurales, a signalé le Secrétaire général. 

 

Les femmes rurales sont également en première ligne lorsque les ressources naturelles et l'agriculture sont menacées.

 

Entre 2006 et 2016, le secteur agricole des pays en développement a supporté le quart des pertes et dommages provoqués par des catastrophes climatiques, dont on sait qu’elles touchent les femmes de façon disproportionnée.

 

Dotées de savoirs et de savoir faire 

 

Pourtant, les femmes rurales sont le pilier de nombreuses communautés et dotées des savoirs et des savoir-faire qui pourraient aider les populations et les sociétés à s’adapter aux conséquences des changements climatiques en adoptant des solutions naturelles à faible émission de carbone. 

 

« Agricultrices et productrices, les femmes jouent un rôle crucial dans la diffusion de pratiques alliant tradition et modernité pour faire face aux variations climatiques et aux phénomènes extrêmes comme les sécheresses, les canicules et les pluies diluviennes », a souligné M. Guterres.

 

« Avançons résolument vers un avenir meilleur en soutenant les femmes et les filles rurales du monde entier », a lancé le chef de l’ONU à l’occasion de la Journée internationale des femmes rurales.

 

Source:news.un.org

Documentation

Facebook

Dernier bulletin