PAM/Deborah Nguyen

Un plat de poisson à la maison et en famille.

 

En moyenne, les familles deviennent plus petites et le nombre de ménages avec un seul parent continue de croître. Pour les Nations Unies, la pandémie de la Covid-19 offre l'occasion de repenser la manière dont les sociétés soutiennent les plus vulnérables.

 

Ce vendredi 15 mai marque la Journée internationale des familles. Cette année, les Nations Unies déclarent que cette date « intervient au cours de l'une des crises sanitaires et sociales les plus difficiles au monde ».

 

Selon l'Organisation, la pandémie de Covid-19 souligne l'importance d'investir dans des politiques sociales qui protègent les personnes et les familles les plus vulnérables.

 

Pour les Nations Unies, « ce sont les familles qui font les frais de la crise, en protégeant leurs membres, en s'occupant des enfants qui ne sont pas scolarisés et, en même temps, en poursuivant leurs responsabilités professionnelles ».

 

La pression et l'incertitude économiques accrues augmentent généralement la violence envers les femmes et les enfants. C'est pourquoi l'ONU déclare que « le soutien aux familles vulnérables, y compris celles qui ont perdu leurs revenus, qui ont des enfants en bas âge, les personnes âgées et les personnes handicapées, est plus nécessaire que jamais ».

 

Femmes : un rôle sous-estimé

 

Partout dans le monde, les femmes participent de plus en plus à la vie active, mais elles continuent à assumer une part disproportionnée du travail domestique. Cela rend l'équilibre entre le travail et la famille plus difficile à atteindre.

 

Selon l'ONU, alors que le monde lutte pour répondre à la crise, « il existe une réelle opportunité de repenser et de transformer la façon dont nos économies et nos sociétés fonctionnent pour promouvoir une plus grande égalité pour tous ».

 

Dans ce processus, l'Organisation déclare qu'« il doit être clair que l'égalité des sexes ne sera pas atteinte sans une plus grande égalité dans les familles ». Par conséquent, le Programme d'action de Pékin « reste une feuille de route visionnaire ».

 

Le document international sur l'autonomisation des femmes célèbre son 25ème anniversaire en 2020. La Déclaration de Copenhague sur le développement social a également été approuvée il y a 25 ans.

 

Les familles du monde entier ne cessent de changer. En moyenne, elles sont de plus en plus petites et le nombre de familles monoparentales ne cesse d'augmenter. À l'heure actuelle, 65 % de toutes les familles sont des couples vivant avec leurs enfants ou des couples avec des enfants et des membres de la famille élargie comme les grands-parents.

 

Pour les Nations Unies, « la diminution du nombre de familles élargies et l'augmentation du nombre de familles monoparentales mettent la question de la protection sociale au centre des préoccupations ».

 

Sur décision de l'Assemblée générale des Nations Unies, la Journée internationale des familles est célébrée le 15 mai depuis 1993. Selon la résolution qui a créé cette date, la journée « offre une occasion de promouvoir la sensibilisation aux questions familiales et d'accroître la connaissance des processus sociaux, économiques et démographiques qui les affectent ».

 

Source : news.un.org

Documentation

Facebook

Dernier bulletin