Le Ndi (National democratic institute) a convié la Coordination du Forum des femmes des partis politiques de Côte d'Ivoire (Femp-Ci) a une journée d'informations dans le cadre de la campagne pour une participation politique accrue des femmes. LC'était le 13 janvier 2017, à Abidjan-Cocody II Plateaux au siège de l'institution.

Un programme qui s'articule autour de projets qui visent à promouvoir d'une part la représentation politique des femmes. Et d'autre part à contribuer à la campagne mondiale contre les violences faites aux femmes en politique.

« Seule une loi qui encourage, stimule, motive permet cette participation effective des femmes. On ne peut laisser le mode politique s'auto réguler pour faire de la place aux femmes », estime Kevin-Adomayakpor, directeur-résident du Ndi.
D'ailleurs, dans la lettre et l'esprit, l'article 36 de la nouvelle Constitution constitue un levier pour engager un plaidoyer pour l'adoption d'une loi pour l'amélioration de la participation politique des femmes.

«L'État œuvre à la promotion des droits politiques de la femme en augmentant ses chances d'accès à la représentation dans les assemblées élues. Les modalités d'application de cet article sont fixées par la loi », stipule l'article 36.

Poursuivant, M. Adomayakpor a indiqué qu'il s'agit à travers ce programme d'accompagner le Femp-Ci à une meilleure structuration et à permettre à ce forum «d'aller en alliance avec d'autres acteurs clés de la société civile et de la société politique ivoirienne pour faire bouger les lignes sur la participation politique des femmes ».

Il faut souligner que la participation politique des femmes en Côte d'Ivoire n'est pas reluisante. « Les femmes sont en sous nombre dans les postes de décisions en Côte d'Ivoire; tant dans les postes nominatifs, relevant de l'exécutif que dans les postes électifs.

Elles sont 6 femmes sur 29 à être nommées ministres dans le premier gouvernement de la 3ème République soit 20%; et 29 sur 255 à être élues au niveau de l'Assemblée nationale soit environ 11%.

Elles détiennent à l'heure actuelle moins de 5% des sièges dans les conseils locaux et régionaux dont les élections auront lieu en début 2018 » (Cf déclaration)), a fait remarquer l'ex-ministre Henriette Lagou, présidente du Femp-Ci.

Notons que les différents projets bénéficient d'un financement de National endowment for democracy (Ned).

Source: allafrica

Documentation

Facebook

Dernier bulletin