Femmes du Nord Togo en allégresse (archives)

Femmes du Nord Togo en allégresse (archives)

 

 

 -Ida Ahoefa Abalo est une anthropologue et activiste togolaise pour la défense des droits de la femme. Face à la récupération commerciale et politique et au galvaudage continu de la journée du 08 mars, elle a décidé de publier une tribune pour interpeller la communauté mondiale. Ne faisons pas du 08 mars une autre fête, invite-t-elle. Lecture !

 

Je suis toujours embarrassée lorsqu’à l’approche de la journée du 08 mars je tombe sur des vidéos, des affiches conçues par des femmes qui appellent à célébrer la femme en ce jour. Je suis encore plus embarrassée lorsque je vois qu’au sommet –au niveau du ministère de la promotion de la femme- la compréhension de cette journée est totalement biaisée à s’en tenir aux programmes et discours proposés.

 

 

Il nous faut, mes sœurs, mettre une réelle différence entre le 08 mars et le 31 juillet ; et arrêter une fois pour de bon cette inculture

 

Cette inadmissible erreur devant le nombre d’abus auxquels les femmes sont soumises au quotidien me peine. Pour une fois qu’on nous donne la latitude de nous exprimer, nous avons vite fait de déformer le sens de cette journée et les enjeux qui y sont rattachés. Sommes-nous si friandes de réjouissances au point de perdre de vue le plus important ? Sachez, mesdames, que notre silence et notre comportement irresponsable ne font qu’arranger ceux qui nous refusent de jouir de nos droits. Quelque part nous plombons l’effort d’autres femmes sur ce continent et ailleurs. Nous devenons implicitement des complices de cette frange dominatrice qui nous refuse certains droits.

 

Il nous faut, mes sœurs, mettre une réelle différence entre le 08 mars et le 31 juillet ; et arrêter une fois pour de bon cette inculture.

Le 08 mars, l’ONU a autorisé les nations du monde entier à souligner les efforts historiques des femmes pour obtenir un statut égalitaire en matière de droit. C’est l’occasion de plus pour se faire entendre, dénoncer les oppressions subies, montrer qu’on s’engage à lutter et résister. Bref, on rappelle aux femmes qu’il faut se battre pour leur dignité dans ce système patriarcale machiste. Ce n’est pas en se focalisant à 99% sur le choix du pagne de la journée que ceci pourra se faire.

 

Le 08 mars est la journée internationale de lutte pour les droits des femmes. Même si on retient l’appellation ‘’journée internationale de la femme ‘’- qui induit tout ce beau monde en erreur-, il faut garder à l’esprit que c’est une journée de mobilisation pour rappeler que l’égalité de droit homme-femme est une priorité.

Arrêtons de faire du 08 mars une fête. Arrêtons d’en faire une Saint-Valentin bis. Arrêtons d’en faire la pré-fête des mères. Arrêtons d’en faire la journée de la femme africaine. Arrêtons nous-mêmes d’ « invisibiliser » cette journée. Empêchons sa récupération commerciale.

 

 

Le 08 mars est devenu une occasion festive où port de pagnes, chants, danses… viennent éclipser le vrai sens de la journée

 

Pour rappel, le 08 mars puise ses racines dans les revendications menées par les femmes pour participer à la société au même titre que les hommes ; et pour de meilleures conditions de travail ainsi que le droit de vote. Bien que ses origines soient controversées, nous retiendrons que l’initiative de la journée internationale des droits des femmes, vient du mouvement socialiste réuni en aout 1910 à la 2è conférence internationale des femmes socialistes à Copenhague. Le principe fut admis et la décision s’applique dès 1911. D’impressionnantes mobilisations sont enregistrées, dès lors, dans les pays européens. Des ouvrières manifestent par millions pour porter au grand jour leurs revendications. Elles réclament, notamment, le droit à la journée de 08h, le droit de vote, le droit d’adhérer à un syndicat, le droit à la protection de la maternité, etc. Ces mouvements vont gagner toute l’Europe et se transformer en une mobilisation des femmes contre la guerre -la 1ere guerre mondiale- qui se profilait.

 

Le 08 mars 1913, des femmes russes organisent des rassemblements. Le 08 mars 1914, les femmes réclament le droit de vote en Allemagne et la libération de Rosa Luxemburg, militante enfermée pour s’être dressée contre la guerre qui se préparait. Le 08 mars 1915, à Oslo, des femmes défendent leurs droits et réclament la paix.

 

Le 08 mars 1921 pour commémorer la manifestation qu’organisèrent les ouvrières russes -en 1917- contre la hausse des prix des denrées de premières nécessités et exiger le retour de leurs époux mobilisés pour la guerre contre l’Allemagne, le président Lenine décrète la journée internationale des droits des femmes. Il sera suivi par d’autres pays.

 

Mais il faudra attendre 1977 pour que l’ONU adopte une résolution invitant chaque pays à faire du 08 mars une manifestation annuelle.

 

Le 31 juillet, par contre, a été instituée pour célébrer les femmes africaines dans leurs efforts de contribution au développement de leurs nations. Il faut donc attendre cette journée pour se laisser aller à des beuveries, flâner dans les rues, accepter des fleurs et cadeaux de ces hommes qui nous reconnaissent notre valeur mais refusent l’égalité.

 

Le 08 mars, c’est plus sérieux. On fait une mise au point sur la situation des droits des femmes dans son pays et ailleurs. On réfléchit plus. On communique sur les stratégies afin qu’à chaque niveau, chaque femme puisse jouir de ses droits ; trouver sa place. On a une pensée pour les femmes qui se sont battues afin que nous soient accordés des droits élémentaires – droit de vote, droit de s’inscrire à l’université, etc.

 

Arrêtons de faire du 08 mars une fête. Arrêtons d’en faire une Saint-Valentin bis. Arrêtons d’en faire la pré-fête des mères. Arrêtons d’en faire la journée de la femme africaine. Arrêtons nous-mêmes d’ « invisibiliser » cette journée. Empêchons sa récupération commerciale. Informons-nous davantage sur les origines de cette journée et communiquons la juste information.

 

Le 08 mars c’est la journée internationale pour la lutte des droits des femmes ! Rien que ça.

 

By Ida Abalo 

Source: thiisafrica

 

Facebook

Dernier bulletin

wildaf