Des étudiants dans une bibliothèque universitaire à Rabat, au Maroc. Photo Arne Hoel/Banque mondiale
– Une éducation « inclusive, équitable et de qualité » - facteur clé pour atteindre les Objectifs de développement durable

Les dirigeants de la communauté éducative du monde entier se sont réunis mercredi au siège de l'ONU à New York pour discuter des moyens d'avancer sur l'Objectif 4 de développement durable, qui vise à assurer une éducation inclusive et de qualité pour tous et à promouvoir l'apprentissage tout au long de la vie.

« Une éducation inclusive, équitable et de qualité est au cœur du Programme 2030 en tant que facteur clé du développement durable », a déclaré le Président de l'Assemblée générale, Peter Thomson, lors de l'événement de haut niveau d'action des Objectifs de développement durable (ODD) consacré à l'éducation.

M. Thomson a souligné que l'éducation exploite le plus grand atout disponible sur Terre, à savoir le potentiel inhérent de la population mondiale. « L'accès à une éducation de qualité n'est pas seulement un objectif en soi, mais un élément fondamental pour créer un monde meilleur de paix durable, de prospérité et de développement », a-t-il dit. Il a ensuite expliqué que l'éducation est la clé pour alimenter une croissance durable, renforcer la cohésion sociale et la stabilité, et promouvoir les droits de l'homme et l'égalité – la qualifiant de « fil d'or qui traverse les 17 ODD ».
 
Le meilleur investissement qu'une société peut faire pour sa paix et sa résilience

La Vice-Secrétaire générale de l'ONU, Amina Mohammed, a pour sa part qualifié l'éducation de « pierre angulaire du développement durable ».

Mme Mohammed a soutenu que le monde ne peut être façonné que par une éducation de qualité et pertinente, soulignant l'importance des investissements pour assurer un cadre solide.

« Nous savons que lorsque nous offrons une éducation à un jeune, nous ne fournissons pas seulement les connaissances et les compétences dont ils auront besoin pour tracer leur propre avenir - nous les préparons à prêter leur main, leur esprit et leur cœur à l'élaboration d'un avenir plus paisible et prospère pour leur société, et même pour le monde », a-t-elle déclaré.

La numéro 2 du Secrétariat des Nations Unies s'est concentrée précisément sur les cinq domaines interdépendants que sont la finance, l'innovation, l'éducation des filles, l'apprentissage tout au long de la vie et l'éducation dans des contextes humanitaires.

Notant que les enfants les plus riches bénéficient de 18 fois plus de financement en amtière d'éducation publique que les plus pauvres, Mme Mohammed a exhorté à renverser ce qu'elle a qualifié d'injustice. « Il n'y a pas de meilleur investissement dans la paix et la résilience future d'une société que dans l'éducation de ses citoyens », a-t-elle déclaré.

L'éducation : « une force de transformation qui couvre tous les Objectifs de développement durable »

Pour sa part, la Directrice générale de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), Irina Bokova, a mis l'accent sur l'éducation en tant que droit de l'homme fondamental et la base d'un développement durable inclusif.

« L'éducation est une force de transformation qui couvre tous les Objectifs de développement durable, rendant les progrès durables à tous les égards », a déclaré Mme Bokova.
Citant les rapports réguliers de suivi de l'UNESCO, elle a noté que 264 millions d'enfants, d'adolescents et de jeunes n'étaient pas scolarisés, la plupart des filles.

« Les filles et les femmes font face aux défis les plus raides. Les deux tiers des plus de 750 millions d'adultes analphabètes au monde sont des femmes », a souligné Mme Bokova, ajoutant qu'ils sont souvent victimes de discrimination, empêchés de s'inscrire ou de poursuivre leurs études, de quitter l'enseignement secondaire et de faire face à de fortes barrières.

« Si nous ne bougeons pas ces obstacles ... nous n'obtiendrons pas l'objectif 4 de développement durable », a-t-elle prévenu.

« Si tous les adultes achevaient leurs études secondaires, 420 millions de personnes pourraient être sortis de la pauvreté, réduisant le nombre de pauvres de plus de moitié dans le monde, près de deux tiers en Afrique subsaharienne, en Asie du Sud ... et pourtant, l'aide à l'éducation a diminué pour la sixième année consécutive », a regretté la chef de l'UNESCO. « Cela ne peut tout simplement pas continuer ».
 
Source:Centre d'actualité de l'ONU

Facebook

Dernier bulletin

wildaf