Dans les pays en développement, l'accès des femmes à une planification familiale sûre et efficace permettrait de réduire environ 100.000 décès maternels et d'éviter 67 millions de grossesses non désirées, a rappelé mardi 11 juillet 2017 , la Directrice exécutive par intérim du Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA) Natalia Kanem.

 

« Environ 214 millions de femmes dans les pays en développement qui veulent éviter une grossesse n'utilisent pas de méthodes de planification familiale sûres et efficaces, pour des raisons allant du manque d'accès à l'information ou aux services au manque de soutien de leurs partenaires ou communautés », a indiqué UNFPA dans un message publié à l'occasion de la Journée mondiale de la population célébrée chaque année le 11 juillet.

 

Cette année, la Journée coïncide avec le Sommet sur la planification familiale qui se tient à Londres. Cette deuxième réunion du Projet planification familiale 2020 (FP2020) vise à élargir l'accès de 120 millions femmes supplémentaires à une planification familiale volontaire d'ici à 2020.

 

Dans un message publié à l'occasion de la Journée, Mme Kanem a souligné que de meilleurs soins de santé en matière de procréation - y compris la planification familiale volontaire - pourraient renforcer les économies et contribuer au développement durable en permettant aux femmes de terminer leurs études et de rejoindre la population active. Les femmes seraient alors susceptibles de gagner un revenu plus élevé mais aussi d'augmenter l'épargne et les investissements de leurs familles

 

Selon UNFPA, chaque dollar supplémentaire dépensé dans les services de contraception au-dessus du niveau actuel, permet de réduire de,30 dollars le coût des soins liés à la grossesse.

« Les investissements dans la planification familiale contribuent à la prospérité pour tous », a déclaré Mme Kanem, soulignant le thème de la Journée mondiale de la population 2017 : 'Planification familiale : donner aux populations la capacité d'agir, contribuer au développement des pays'.

 

La cheffe d'UNFPA a ajouté qu'une planification familiale sûre et efficace contribue également à la réussite du Programme de développement durable à l'horizon 2030, en particulier aux objectifs visant à mettre fin à la pauvreté et à la faim, à promouvoir la santé et à atteindre l'égalité entre les sexes.

 

Dans son message, Mme Kanem a exhorté tous les gouvernements et les parties prenantes à aider UNFPA à atteindre son objectif de répondre à la demande non satisfaite en matière de planification familiale d'ici 2030.

 

Au nom d'UNFPA, elle a également appelé les 179 pays membres qui ont approuvé le Programme d'action de la Conférence internationale du Caire de 1994 sur la population et le développement (CIPD) à s'acquitter de leurs engagements en matière d'accès universel à la santé sexuelle et génésique, y compris la planification familiale volontaire .

 

« Il s'agit non seulement d'une question de protection de la santé et des droits, mais aussi d'une question d'investissement dans le développement économique ainsi que dans la prospérité et les progrès de l'humanité », a déclaré Mme Kanem.

 

Source: Centre d'actualité de l'onu