Au Togo, le Code des personnes et de la famille, récemment modifié, reconnaît à la femme le droit de succession, alors que la coutume veut qu'une veuve n’ait aucun droit sur les biens de son époux. A cause de cela, les veuves restent souvent en situation de vulnérabilité car elles dépendent des parcelles de terre familiales dont elles sont fréquemment privées d’accès, à la mort de leur mari. Grâce à l’assistance des parajuristes, qui informent les femmes au niveau local, les veuves peuvent protéger et faire respecter  leurs droits fonciers vis-à-vis de leur belle-famille. L’assistance des parajuristes à ces veuves ne permet pas seulement de garantir les droits des veuves, tels que stipulés par les lois statutaires au niveau du pays, mais aussi d’éviter les maltraitances et l’humiliation provenant  de leur belle-famille.

lire la suite  : ILC Case Study 0047_Togo_EN

 

Source: la Base de Données de Bonnes Pratiques des membres de   ILC