20 septembre 2017 – L'initiative Spotlight, un effort conjoint de l'Union européenne (UE) et de l'ONU pour lutter contre les violences faites aux femmes et favoriser leur autonomisation, a été lancée mercredi au siège de l'ONU à New York, en marge du débat général de l'Assemblée générale des Nations Unies.

 

A l'occasion de ce lancement qualifié « d'historique », le Secrétaire général de l'ONU, António Guterres, a décrit un projet « inédit s'agissant de son ampleur », avec un investissement de départ de 500 millions d'euros de la part de l'UE.

 

Il est « inédit dans sa portée, avec une approche globale de prévention et de protection des survivantes pour l'accès à la justice » ainsi qu'un ciblage « de nombreux pays, pour un effet profond et irréversible ».

 

L'initiative Spotlight a pour but de rendre effective l'égalité entre les sexes et l'autonomisation des femmes dans le monde et « d'éliminer toutes formes de violence contre les femmes et les filles ».

Elle entre dans le cadre du Programme de développement durable à l'horizon 2030, adopté en 2015 par les Etats membres des Nations Unies.

 

Avec l'investissement initial de 500 millions d'euros de l'UE, ce partenariat UE-Nations Unies traitera en parallèle plusieurs aspects de l'exploitation actuelle des femmes dans le monde, comme le trafic sexuel, l'exploitation économique par le travail, la violence familiale et domestique, la violence sexuelle et basée sur le genre, ainsi que le féminicide.

 

  1. Guterres a qualifié Spotlight « d'investissement pionnier » en matière d'égalité des sexes et d'autonomisation des femmes.

 

« De plus en plus de preuves indiquent que les violences faites aux femmes et les filles sont liées à d'autres actes de violence, y compris l'extrémisme violent et même le terrorisme », a ajouté M. Guterres. Pour progresser dans l'autonomisation des femmes et des filles, « nous avons besoin d'un effort large, d'une volonté politique forte et de bien plus de ressources », a-t-il plaidé.

 

Source: centre d'actualite de l'onu