Réunies  en forum régional les 24 et 25 Octobre 2017 sur l’initiative du Groupe de réflexion et d’action, Femme, Démocratie et Développement (GF2D) avec l’ appui financier de  la fondation Hans Seidel de la République Fédérale d’Allemagne, la cinquantaine  de femmes des partis politiques et organisations de la société civile venus du Benin, du Burkina Faso, du Sénégal et du Togo, que nous sommes, et après deux journées d’échanges  et de discussion sur les enjeux de la participation des femmes aux élections législatives et locales et leur implication dans la préservation de la paix, saluons les autorités d’avoir pris des dispositions pour assurer le bon déroulement de cette importante  assise  pour les femmes.

 

Toutefois, nous nous trouvons dans l’obligation morale et historique, du fait de la situation socio politique que traverse le Togo, de relever les constats ci-après :

-      le Togo traverse depuis le mois d’Aout 2017 une grave crise caractérisée par des actes de violence, de vandalisme ainsi que des violations des droits humains notamment celles des femmes et des enfants.

 

-      Cette crise n’est pas de nature  à favoriser un climat propice à la participation des femmes à la vie politique et publique surtout à la veille des échéances électorales prochaines.

 

-      L’organisation des élections et la jouissance des droits politiques de la femme ne peuvent être effectives que dans un environnement apaisé et propice à la jouissance de ces droits 

-      La crise que traverse le pays affecte particulièrement les femmes, et les expose à un risque de vulnérabilité accrue et à la pauvreté.

Nous, femmes réunies au sein du présent forum, profondément préoccupées par les effets du climat d’insécurité sur la population en général et sur les femmes et les enfants  en particulier, invitons à mener des actions de solidarité à l’endroit des populations particulièrement touchées par les effets de la crise.

Nous lançons un appel :

Ø Au gouvernement

 

-      Pour rechercher les pistes de solutions adéquates pour une sortie rapide et définitive de la crise afin d’éviter que la situation ne se dégrade davantage.

 

-      Nous l’exhortons à trouver un compromis en vue de procéder aux modifications constitutionnelles et institutionnelles en tenant compte de l’intérêt supérieur des populations togolaises et de la nécessité pour les femmes d’apporter leur contribution à la gestion de la nation ;

 

Ø Aux responsables des partis politiques du pouvoir et de l’opposition

 

-      Pour favoriser le dialogue et prendre des mesures pour éviter les débordements des manifestations qui portent de graves préjudices aux paisibles populations.

 

Ø A l’endroit des Organisation de la Société Civile (OSC)

 

-      Pour mobiliser, inciter toutes les parties à l’apaisement, au dialogue et à la réflexion.

 

Ø Aux forces de l’ordre et de sécurité

 

-      Pour encadrer les manifestations dans le respect des droits de l’homme et selon les règles de l’art afin d’éviter des pertes en vies humaines.

 

Ø Aux leaders religieux

 

-      Pour intercéder  en faveur de la paix dans le pays

 

Ø A la population

 

-      Nous femmes demandons aux manifestants et à la jeunesse en particulier de faire preuve de modération lors des manifestations et de bannir des actes de vandalisme afin de préserver aussi bien les biens publics que les biens privés.

 

Fait à Lomé le 25 Octobre 2017

 

                                                        Le forum

 

 

 

                                                                     

Facebook

Dernier bulletin

wildaf