Les représentants des gouvernements, d’organismes de développement, gestionnaires de projets fonciers, chefs et autorités traditionnelles, plateformes foncières nationales, régional et continental, membres de la Commission de l’Union Africaine, de LPI, des Communautés économiques régionales (CER), des parlementaires, acteurs du développement international, institution de recherche et  de la société civile sont en réunion depuis le 14 Novembre 2017 à Addis-Abeba, Ethiopie.

 

Ces différents acteurs œuvrant dans le domaine du foncier sur le continent délibère autour du thème « l’Afrique que nous voulons ; réaliser la transformation socio-économique à travers un accès inclusif  et équitable à la terre par les jeunes. »

 

Ce thème est aligné à la déclaration de l’Union africaine de 2017 en tant que l’année des jeunes, agents de la transformation socio-économique de l’Afrique. Cette déclaration est réalisée à travers le thème «Exploiter le dividende démographique de l’Afrique par l’investissement dans la jeunesse».

 

La Conférence cherche à avoir un effet catalytique sur le développement et la mise en œuvre des politiques foncières en Afrique en créant une plateforme pour la présentation de résultats de recherche sur les politiques et gouvernances foncières et attirer l’attention des acteurs ci-dessus mentionnés sur les questions foncières émergentes et les défis qui nécessitent une attention particulière pour atteindre les objectifs de l’Agenda 2063 pour le développement. La Conférence est  un événement majeur de dialogue politique, de partage d’informations et d’apprentissage.

 

La Conférence vise à  renforcer les capacités d’élaboration et de mise en œuvre des politiques foncières en ciblant spécifiquement les questions émergentes et les engagements de l’UA ainsi que la contribution des jeunes au développement socioéconomique par: i) un meilleur accès aux connaissances et à l’information a l’appui de l’élaboration de politiques foncières reposant sur des données fiables ; ii) une mise  en évidence des pratiques prometteuses dans le domaine de la politique foncière et de la gouvernance; iii) et la facilitation du réseautage entre les acteurs fonciers en Afrique.

 

Il est attendu de la conférence des documents de recherches sélectionnés qui après examen seront publiés dans un numéro spécial d’un Journal déjà existant sur la politique foncière.

La conférence aborde les sous thèmes ci-dessous :

  • Autonomisation des femmes à travers le renforcement des droits fonciers;
  • Technologie et innovation pour garantir les droits fonciers coutumiers aux communautés africaines;
  • Investissements terrestres transparents et durables
  • Administration des terres - Renforcement des institutions d’administration des terres au niveau national
  • Migration, radicalisation et extrémisme violent - liens avec l’emploi des jeunes et accès à la terre pour l’investissement.

 

Il faut noter que ces 4 jours de rencontre ont été précédés par la célébration du premier anniversaire de Kilimandjaro.

Tout en reconnaissant que les réformes foncières prennent souvent beaucoup de temps et sont difficiles, les femmes rurales se sont retrouvées et se sont mis d’accord sur  les objectifs et cibles précis du plaidoyer/campagne pour les années à venir en vue d’inclure les domaines prioritaires de changement, les cibles, les alliés, les moments, les messages et les stratégies à mettre en œuvre. La rencontre a par conséquent adopté un programme d’action basée sur l’évaluation des actions menées dès le lendemain de la mobilisation, des leçons apprises et des difficultés rencontrées. La rencontre a été également une opportunité pour présenter les outils disponibles aujourd’hui pour travailler dans le sens d’un plus grand impact et dans le sens de suivre la mise en œuvre et évaluer les progrès. Ainsi le WiLDAF a présenté l’outil de plaidoyer développé avec principalement l’appui de Son partenaire DIAKONIA.

 

La rencontre a pris fin avec l’engagement fort de porter haut une fois encore le message de l’accès des femmes au foncier à la conférence de LPI afin d’amplifier le soutien autour de l’initiative