Par Paténéma Oumar Ouedraogo

Une délégation des ministres chargés de la promotion du genre de l'Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) a été reçue en audience par le Président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, le vendredi 27 avril 2018 à Ouagadougou. La délégation est allée solliciter l'adhésion du locataire de Kosyam au plan stratégique de politique commune genre.

 

Les pays de l'Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) veulent imprimer des changements structurels, en érigeant l'équité de genre comme mode de gouvernance.

 

Pour ce faire, les ministres en charge de la promotion du genre venus du Burkina Faso, de la Côte d'Ivoire, du Benin, du Mali, du Togo, du Sénégal et du Niger ont tenu une rencontre à Ouagadougou, pour valider le plan stratégique de politique commune genre.

 

Le vendredi 27 avril 2018, le Président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, a reçu la délégation à son palais à Kosyam. Conduits par la ministre de la Femme, de la Solidarité nationale et de la Famille (MFSNF), Laurence Marshall Ilboudo, ils sont allés expliquer le plan stratégique au Chef de l'Etat et solliciter son accompagnement.

 

« Nous avons été très heureux de l'attention que le Président a pour le genre dans l'espace UEMOA », a-t-elle déclaré.

 

En ce qui concerne le plan stratégique, la ministre Laurence Marshall Ilboudo a indiqué qu'il est basé sur deux axes. Le premier axe a trait à l'amélioration du cadre d'intégration systémique dans l'espace UEMOA. L'objectif est de faire en sorte que les pays membres intègrent la notion du genre dans leur politique.

 

Le deuxième axe, a-t-elle poursuivi, vise à appuyer chaque pays dans sa stratégie de droit de représentation des femmes dans les sphères de décision.

 

« Nous avons demandé au Président du Faso d'accompagner ce plan stratégique avec ses pairs pour que nous puissions le mettre en œuvre pour l'épanouissement des couches cibles », a-t-elle insisté.

 

Pour elle, cet accompagnement pourra permettre d'élaborer des textes qui vont protéger et améliorer les conditions de vie des femmes.

 

 

Lire l'article original sur Sidwaya.