Photo de famille de l’atelier en RDC

 

 

Le WiLDAF a entamé en partenariat avec International Land Coalition (ILC), une série d’ateliers de formation à l'intention des organisations travaillant sur les droits fonciers des femmes pour la mise en œuvre de la Charte des Revendications des femmes rurales adoptée en octobre 2016 par l’assemblée des femmes rurales réunie en Tanzanie connu sous le nom de La CHARTE DES REVENDICATIONS : REALISATION DES DROITS FONCIERS DES FEMMES EN AFRIQUE.

 

Ces activités qui se déroulent dans le cadre du projet « Mise en œuvre de la Charte des Revendications » avec l’appui financier de  ILC   couvrent 6 pays à savoir le Bénin, le Burkina Faso, le Cameroun, le Sénégal, la République Démocratique du Congo et le Togo. L’objectif en est de créer des conditions pour faciliter l’accès et la jouissance par les femmes de leurs droits à la terre et aux ressources de production et à la protection de ces droits.

 

A cet effet il est nécessaire de s’assurer que la Charte des Revendications des femmes rurales soit vulgarisée, connue et qu’elle soit mise en œuvre. Elle ne pourra l’être efficacement que si les organisations nationales et celles travaillant aux côtés des populations s’impliquent  dans l’action. D’où la stratégie consistant à mobiliser  et à engager les organisations nationales œuvrant pour les droits des femmes, et dans le domaine du foncier, à connecter les membres et alliés à travers la mise en place d’une coalition au niveau national pour influencer la mise en œuvre de la Charte des revendications des femmes rurales et enfin à influencer les actions des autorités publiques afin qu’elles prennent en compte dans les Programmes et politiques nationaux agricoles les recommandations et demandes contenues dans la Charte de revendications des femmes rurales.

 

Vue des  participants en RDC   et  au Cameroun

Deux   ateliers de formation ont déjà été organisés respectivement  au Cameroun du 3 au 4 mai 2018 et en RDC du 9 au 10 mai 2018. Les rencontres ont rassemblé une trentaine de participants hommes et femmes et se sont  déroulées  dans une dynamique participative et interactive, basée sur les principes d’apprentissage et d’acquisition de compétences.

Elles ont  permis aux bénéficiaires d’échanger sur les activités à mener pour la mise en œuvre de la charte des revendications, de mettre en place un plan d’action et une coalition en vue de mener  des actions de plaidoyer aux plans local et national.  Les coalitions mises en place auront pour rôle d’aider les femmes rurales à s’organiser pour jouir des droits qui leurs sont reconnus. Il y aura ainsi une mise à niveau de l’information en matière des droits fonciers des femmes mais aussi, la reconnaissance de la Charte comme instrument regroupant les demandes des femmes de façon générale. Ces coalitions serviront   de cadre pour mettre en œuvre le plan d’action à travers des plaidoyers à l’endroit des décideurs pour la prise en compte des demandes.

 

 Les membres du bureau de la coalition mise en place pour le plaidoyer                                     

 

Dans cette optique le WiLDAF-AO a  élaboré plusieurs outils de  sensibilisation et de plaidoyer, qui serviront de support à l’action post atelier dont l’enjeu primordial est la prise en compte des droits des femmes rurales en termes d’efficience et d'efficacité stratégique.  

    

Cette semaine le Benin se prépare à tenir son atelier les 17 et 18 mai. Nous ne manquerons pas de vous en donner  la substance.