La Gambie a terminé son cycle électoral avec l’élection, samedi 12 mai, des maires dans chaque région du pays. C’est une nouvelle victoire pour l’UDP, l’ancien parti d’Adama Barrow, qui remporte 7 sièges sur 8. Pour la première fois, une femme accède à cette position : Rohey Malick Lowe est devenue maire de la capitale, Banjul, avec près de 500 voix d’avance sur son principal opposant, le maire indépendant sortant.

 

Elle n’a pas pu retenir son émotion lorsque sont tombés les premiers résultats : sur une vidéo diffusée par son équipe, Rohey Malick Lowe a les larmes aux yeux en saluant ses supporters. La quadragénaire accède à un poste qui ne lui est pas totalement étranger, puisque son père, Alhagie Malick Lowe, avait lui-même occupé ce siège de maire de Banjul, sous la première république.

 

Rohey Malick Lowe, née à Banjul, avait dans un premier temps préféré un parcours dans le monde de l’hôtellerie, d’abord comme employée, avant de fonder sa propre entreprise de vente de matériel à ces mêmes hôtels. Puis en 2012, elle rejoint son mari en Suède et se lance dans des études de relations internationales. Avec, déjà, un engagement dans la vie de sa ville, puisqu’elle participe à un comité d’aide à l’enfance.

 

De retour en Gambie, elle est adoubée par le parti UDP pour conquérir Banjul. Elle se veut proche des habitants, préférant le wolof à l’anglais et fait campagne autour de la valorisation des compétences des jeunes et des femmes.

 

La première Gambienne devenue maire s’est promis de commencer son mandat en clarifiant les finances de la capitale. Elle souhaite ensuite rénover ses infrastructures et travailler sur son dynamisme économique.

 

Source:rfi