Dans le cadre d’un Programme Régional de renforcement des Organisations de la Société Civile et des réseaux de jeunes au Sahel (PRROS/ME) », le WiLDAF recrute un (e) chargé (e)  de Programme  pour mettre en œuvre les activités dudit projet.

 

 

  • Contexte et justification

En Afrique sud-sahélienne, presque la moitié de la population a moins de 14 ans et les deux tiers ont moins de 24 ans. Les enfants et jeunes constituent la majorité de la population.

 

Ces enfants et jeunes vulnérables sont en mobilité permanente à travers la sous-région. Ils font face aux immenses défis liés à la survie, à l’éducation et développement, et à la protection. Chaque année, plus de 90 % de ces enfants dans la sous-région du Sahel sont victimes de diverses formes de violence ; les filles ont les taux les plus élevés de violence sexuelle y compris le mariage d’enfants et la mutilation génitale féminine.

 

Une des formes les plus sévères de violences faites aux enfants est la pratique du mariage d'enfant. Le mariage des enfants a un impact important sur la survie de l'enfant, son éducation et sa protection. Aborder de manière appropriée cette thématique, nous permettra d’atteindre les Objectifs du Développement Durable.

 

Le mariage d'enfant est enraciné dans la discrimination de genre et l'inégalité dans la plupart des contextes du Sahel. Il est soutenu par les normes sociales préjudiciables à l’enfant et les conséquences très négatives induisent  la pauvreté et la privation.

 

Dans le monde, environ 15 millions de filles sont mariées chaque année avant l'âge de 18 ans. Les données démographiques montrent que si ces tendances actuelles continuent, presque la moitié de toutes les jeunes enfants mariées sera africaine en 2050.

 

Les taux le plus élevés de mariage des enfants dans le monde sont en Afrique Sahélienne : 52 % de filles au Burkina Faso, 55 % au Mali et 76 % au Niger sont mariés avant l'âge de 18 ans.

 

Les Etats membres de la sous-région ont tous ratifié la convention relative aux droits de l’enfant, la charte africaine des droits et bien-être de l’enfant, le protocole à la Charte Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples relatif aux droits des femmes en Afrique et d’autres textes.

 

Malgré le rôle crucial que joue la société civile en tenant les gouvernements responsables de leurs engagements, les enfants et jeunes continuent d’être victimes au cours de leur parcours de traite, d’exploitation, de violences physiques et psychologiques, de mariage des enfants etc…,

 

Save the Children et le WiLDAF dans le cadre d’un Programme Régional de renforcement des Organisations de la Société Civile et des réseaux de jeunes au Sahel (PRROS/ME) » conviennent de bâtir sur tous les efforts qui ont été faits à ce jour pour contribuer de manière méthodique à engager les gouvernants regroupés au sein des ensembles régionaux et continental. 

 

 

Les composantes du programme sont les suivantes :

  • Accroître les capacités organisationnelles des OSC régionales afin d'engager efficacement les organismes régionaux (CEDEAO et UA) et d'influencer le changement social et politique pour mettre fin au mariage des enfants.

 

  • Accroître les capacités organisationnelles des réseaux régionaux de jeunes afin d'engager efficacement la CEDEAO et d'autres acteurs pour influencer le changement social et politique en faveur des Enfants en mouvement au Sahel.

Ces présents termes de référence précisent les contours pour le recrutement d’une personne ressource pour appuyer le Bureau Sous Régional à mettre en œuvre le projet (PRROS/ME).

 

  • Objectif spécifique

Permettre au WiLDAF AO de réceptionner les meilleures candidatures pour le poste de chargé e de programme à la mise en œuvre du projet PRROS/ME.

 

  • Profil recherché :
  • Être titulaire d’un diplôme supérieur dans une discipline des  droits humains ou des sciences sociales.
  • Maîtriser les textes juridiques et les textes juridiques internationaux relatifs aux droits humains, notamment ceux régissant les droits des femmes, de l’enfant et des jeunes.
  • Avoir un minimum de 5 ans d’expériences sur les questions relatives aux droits des femmes et du  mariage des enfants
  • Avoir une expérience confirmée en plaidoyer (initiation, conduite et évaluation)
  • Maitriser parfaitement les langues française et anglaise.
  • Posséder d’excellentes capacités d’analyse, de synthèse et de rédaction et avoir l’esprit d’initiative.
  • Avoir une expérience de gestion d’équipe et de travail avec des ONG internationales et réseaux des femmes et des jeunes.
  • Avoir une capacité d’adaptation au travail sous pression 

 

  • Durée de la mission

Deux mois à compter du 1er Novembre 2018. Avec possibilité d’un contrat  futur à plus long terme.

Dossier de candidature

Envoyer un dossier de candidature composé d’une lettre de motivation et d’un CV à l’adresse ci-après : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. au plus tard le 29 Octobre 2018.