Plaidoyer du WiLDAF et de ses partenaires  à la réunion des Experts et des Ministres de la CEDEAO  sur la  politique de l’enfance et  le plan d’action stratégique 2019-2023 

 

Dans le cadre de la protection des droits des enfants, la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) organise depuis 21 Janvier 2019 à Abuja, (Nigeria),  une réunion des experts et des Ministres sur la  politique de l’enfance et le plan d’action stratégique 2019-2023.     

 

La  rencontre vise entre autres  à valider et à adopter la Politique et le Plan d'action stratégique de la CEDEAO 2019-2023 pour l'enfance ainsi que  la feuille de route sur la prévention et la réponse au mariage d'enfants, à faciliter le partage d'expérience en matière de droits de l'enfant, et de mesures prises par les États visant à mettre fin au mariage des enfants et à promouvoir une plus grande conformité aux instruments internationaux pertinents relatifs aux droits de l'enfant, y compris ceux encourageant la fin du mariage des enfants. La réunion  regroupe plusieurs parties prenantes, parmi lesquelles les organisations de la  société civile.

 

Le WiLDAF qui depuis 2016, s’est engagé dans la lutte contre les mariages d’enfants,  b est présent à ce  rendez-vous pour poursuivre avec ses partenaires notamment Save the Children,  le plaidoyer pour l’amélioration du cadre juridique et politique et la mise à l’échelle des programmes ayant le potentiel nécessaire pour mettre fin au mariage des enfants.  

 

Selon les études menées par le WiLDAF  dans le cadre du projet « lutter contre les mariages précoces par l’autonomisation des filles en Afrique de l’Ouest »,  la dispense d’âge à 16 ans et le principe du consentement libre et éclairé des mineurs au Togo, la fixation de l’âge légal du mariage à 16 ans au Mali, à 15ans au Niger, le poids des normes coutumières, l’environnement scolaire non protecteur dans les trois pays, sont quelques uns des facteurs qui  favorisent la pratique du mariage précoce.

Selon un mapping réalisé par le WiLDAF-AO et Save The Children, il est nécessaire que les actions de lutte contre le mariage des enfants, ciblent davantage les normes sociales, causes principales du mariage des enfants.

 

Le WiLDAF qui a entamé des actions de plaidoyer sur la vase de Policy Brief relatifs aux insuffisances des lois, politiques et programmes, saisit l’opportunité de cette rencontre pour poursuivre son  plaidoyer auprès des représentants des Etats membres de la CEDEAO. Le réseau se réjouit également de pouvoir influencer la Feuille de route de la CEDEAO sur la prévention et la réponse au mariage d'enfants.

 

La réunion qui se poursuit jusqu’au 25 janvier 2019, augure une nouvelle aire d’actions mieux coordonnées, plus intensives et efficaces tant par leur qualité et leur couverture en vue de la fin du mariage des enfants en Afrique de l’Ouest.