Photo ONU/Pasqual Gorriz Le Major Syazwani, commandant malaisienne au sein de la FINUL, donne des instructions à ses collègues soldats de la paix alors qu'elles patrouillent à Rumaysh, dans le sud du Liban, en décembre 2017.

S'adressant au Conseil de sécurité lors d'un débat sur le rôle des femmes dans le maintien de la paix, le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, a rappelé jeudi 11 fevrier 2019 « qu'il ne s'agit pas seulement d'une question de chiffres, mais aussi d'efficacité des mandats des Nations Unies ».

 

Dans son discours devant les Quinze, le chef de l'ONU a expliqué que le fait d'avoir un plus grand nombre de femmes qui maintiennent la paix « conduit à des mesures  protectrices plus crédibles, qui répondent aux besoins de tous les membres des communautés locales ».

 

António Guterres a rappelé que la présence des femmes permet de recevoir davantage de signalements de violences sexuelles et sexistes et moins d'incidents d'exploitation et d'abus sexuels, ce qui conduit à « des processus de paix plus représentatifs et inclusifs ».

 

Avec l’élaboration de la Stratégie sur la parité des sexes en 2017, les Nations Unies ont lancé un « effort ambitieux et essentiel » à l'échelle du système pour améliorer la représentation des femmes à tous les niveaux, a déclaré le chef de l'ONU.

 

Cependant, pour le Secrétaire général, il est nécessaire d'« aller plus loin » pour s'assurer que les droits et la participation des femmes sont au centre des décisions de maintien de la paix.

 

De nombreuses initiatives

Le Secrétaire général a cité les nombreuses mesures prises dont  l'initiative « Action pour le maintien de la paix » qui a appelé à la participation pleine, égale et significative des femmes à toutes les étapes des processus de paix.

 

L'intégration d'une perspective sexospécifique à tous les stades de l'analyse, de la planification, de la mise en œuvre et de l'établissement de rapports a également été prise en compte.

 

António Guterres a remercié les plus de 150 États membres qui ont signé cet engagement, ainsi que ceux qui ont lancé l'« Initiative Elsie ». Ce programme a été présenté la semaine dernière à la Conférence ministérielle sur le maintien de la paix et vise à surmonter les obstacles à une participation accrue et significative des femmes aux opérations de paix.

 

Des progrès réalisés

António Guterres a également souligné la nécessité de disposer de listes de recrutement équilibrées entre les sexes. Les objectifs en matière de représentation des femmes vont de 15% à 35 % d'ici 2028, y compris les militaires, les policiers et les fonctionnaires de justice.

 

Pour le Secrétaire général, « la réalisation de ces objectifs représentera un pas important vers la parité ».

 

Cependant, depuis décembre 2015, le nombre de femmes dans l'armée et la police a augmenté d'environ 1%, ce qui pour António Guterres « n'est manifestement pas suffisant ».

 

Selon le chef de l'ONU, le nombre de femmes occupant des postes d'officier d’état-major et d'observateur militaire a presque doublé depuis la première réunion ministérielle pour le maintien de la paix en 2017. Les femmes représentent plus de 13% du personnel déployé.

 

Depuis lors, 27 pays qui n'avaient jamais nommé de femmes l'ont fait. Dans le cas de 30 pays, plus de 15% des observatrices militaires et du personnel des opérations de paix ont été intégrées.

 

Source:news.un.org