Programme: Formation du WILDAF-AO

Formation du WILDAF-AO

Le WiLDAF/FeDDAF a une longue expérience en matière de formations et de renforcement de capacité en vue de l’effectivité des droits de la femme en Afrique. Pour ce qui concerne l’Afrique de l’Ouest, le bureau de coordination a, depuis sa création en 1997, initié en ce sens des actions qui lui confère aujourd’hui un statut de réseau incontournable en matière de formation de formateurs en droits des femmes, de formations de parajuristes, etc. Les thèmes des formations sont multiples et varient selon la cible concernée. Il s’agit notamment :

* du travail en réseau
* de la planification stratégique et développement organisationnel,
* de l’élaboration et gestion de projet,
* des droits humains des femmes (droits socioculturels, droits économiques, droits politiques ; droits dans le cadre familial y compris le droit à l’héritage),
* des différents instruments de droits aux niveaux national, régional et international,
* du concept genre,
* des violences faites aux femmes,
* de la participation à la vie publique et politique des femmes,
* des rôles des différentes institutions étatiques,
* des différentes étapes dans l’élaboration d’un plan, d’un programme de l’Etat,
* de la budgétisation et de l’intégration du genre dans le budget,
* de l’analyse du budget,
* du lobbying/plaidoyer et des techniques de négociation
* des techniques d’animation communautaire et populaire.

Concrètement, le réseau a eu à mener des actions telles que :

Le renforcement de capacité des femmes membres du réseau et d’autres organisations de femmes de la société civile en milieux urbain et rural.

Le but est d’élever la conscience juridique des femmes comme une dimension importante de développement. Les formations données aux femmes dans le cadre de cette action les outillent suffisamment pour qu’elles puissent :

* travailler en réseau ;
* identifier leurs propres besoins et ceux des femmes de leur milieu et les prioriser ;
* élaborer des projets pertinents, rechercher les financements adéquats pour leur mise en œuvre et les gérer efficacement ;
* contribuer à l’éducation juridique des femmes ;
* participer à la vie publique et politique de leurs communautés ou pays respectifs ;
* s’organiser et combattre les violences basées sur le genre ;
* assister les femmes victimes de violences ;
* obtenir des reformes juridiques et politiques.

Le renforcement de capacité des acteurs judiciaires et extrajudiciaires

L’objectif visé par ce genre d’action est de renforcer les capacités d’une masse critique d’acteurs tels que les magistrats, les avocats, les agents de la police, les médecins, les autorités traditionnelles et religieuses afin de :

* mieux prendre en compte les droits des femmes dans le cadre de leur travail ;
* appliquer les dispositions légales en matière des droits des femmes lors des règlements des conflits ;
* mieux accueillir les femmes en détresse et mieux identifier les violations qui sont portées à leur connaissance ;
* promouvoir le respect des droits des femmes en conformité avec les textes nationaux et les principes internationaux ;

Renforcement de capacité des femmes en milieux urbain et rural en matière de gouvernance.

En initiant ce type d’action, le WiLDAF/FeDDAF veut amener les femmes à jouer pleinement et efficacement leur rôle de citoyenne en apportant leur soutien à la démocratisation et à la bonne gouvernance. Grâce aux formations dispensées, les femmes sont capables de :

* se constituer en coalition pour faire entendre leur voix face à des questions données ;
* influencer les politiques, programmes, plans et budgets adoptés par les pouvoirs publics au niveau local et national sur la base des priorités des femmes ;
* lire et analyser les budgets de l’Etat ;
* faire le suivi de la mise en œuvre des politiques, programmes, plans et budgets.

Twitter