English EN French FR

Développer FemTech en vue de faire progresser la santé et les droits sexuels et reproductifs

Aisha Memon

Développer FemTech en vue de faire progresser la santé et les droits sexuels et reproductifs

Ayesha Amin est une activiste en faveur de la technologie et du genre, ainsi qu’une entrepreneure sociale pakistanaise. Elle est la fondatrice de Baithak-Challenging Taboos, organisation dirigée par des jeunes et des femmes. Elle est aussi une porteuse d’engagement de la Génération égalité, qui œuvre à l’élargissement de l’accès à l’information sur la santé et les droits sexuels et reproductifs. Ayant fait l’expérience directe de la structure discriminatoire du monde de la technologie, Ayesha souligne l’urgence de faire participer les jeunes, et les jeunes femmes en particulier, aux processus décisionnels qui auront un impact sur leur avenir : « Il n’y a pas d’alternative », estime-t-elle.  

Inaccessibilité

De tout temps, le tabou qui entoure la santé et les droits sexuels et reproductifs a maintenu de nombreuses femmes dans l’ignorance de leur propre corps. Elles sont de ce fait privées d’autonomie corporelle : « Lorsqu’elles n’ont pas accès à l’information », affirme Ayesha, « les femmes ne sont pas en mesure de prendre des décisions éclairées concernant leur corps ». Outre la stigmatisation, les restrictions de mobilité et le manque de ressources empêchent nombre d’entre elles d’accéder à des services de santé essentiels.  

La FemTech – terme désignant la technologie conçue pour soutenir la santé des femmes – peut contribuer à l’élimination des obstacles actuels à l’information et à l’accès aux soins. Et pourtant, elle a tendance à exclure celles qui en ont le plus besoin : « La plupart des applications FemTech qui existent actuellement profitent aux femmes issues de groupes privilégiés d’un point de vue social et économique », explique Ayesha. Pour les femmes des communautés rurales, les femmes qui ne maîtrisent pas le numérique ou celles qui n’ont pas de revenus suffisants pour payer l’abonnement à des applications, même ces formes alternatives de soins de santé restent hors de portée.   

Alors que nous nous battons pour combler l’écart entre les genres en matière d’accès numérique, « nous laissons les femmes et les filles des communautés marginalisées loin, très loin derrière », souligne Ayesha. Cet « écart dans l’écart » signifie que les femmes marginalisées sont exclues même de la technologie vantée comme accessible. « Il existe un énorme besoin d’investissements dans des solutions pouvant adapter la technologie et rendre les modèles technologiques inclusifs pour les filles et les femmes qui vivent dans ces communautés marginalisées », dit-elle. 

Support technique

Entre en scène Gul, le dernier projet de Baithak, à savoir un assistant vocal généré par l’IA qui se sert de WhatsApp pour aider à éduquer les jeunes sur les problèmes de santé reproductive dans les langues locales. L’équipe a attribué un prénom mixte à cet assistant vocal, afin que les personnes « puissent le considérer comme un.e ami.e à qui demander ce type d’informations », explique Ayesha. 

Gul s’inscrit dans les efforts de Baithak pour élargir son impact grâce à la technologie. L’organisation a commencé par des séances en personne organisées dans les communautés de la région : « L’idée était de créer des espaces sûrs pour que les femmes se réunissent, discutent des questions liées à leur santé sexuelle et reproductive et en tirent des informations », poursuit Ayesha. Cependant, de nombreuses communautés sont restées hors de portée de ces efforts de sensibilisation.  

« Nous savions que notre accès était très limité », dit-elle. « Nous ne pouvions pas être partout. Donc, nous avons voulu élaborer un système par lequel les femmes et les filles des communautés marginalisées pourraient avoir accès à des informations de qualité de manière très confidentielle ».  

La nécessité de disposer de ressources virtuelles a été mis en exergue par le déclenchement de la pandémie de COVID-19. « Les femmes des différentes communautés ont commencé à nous contacter très activement sur Whatsapp parce que nous n’étions pas en mesure de nous rendre sur place », explique Ayesha. L’urgence du projet a encore été soulignée l’année dernière, lors des inondations qui ont dévasté de vastes régions du Pakistan.  

Ces types de crises ne disparaissent pas. Mais, les solutions technologiques peuvent contribuer à atténuer leurs pires retombées. « À l’avenir, l’idée consiste à ce que les femmes utilisent cet assistant vocal dans les situations de catastrophes climatiques », explique Ayesha, « lorsque l’accès à des informations de qualité et la capacité de prendre des décisions éclairées en matière de santé reproductive deviennent très difficiles ». 

Occuper l’espace

L’espace technologique, continue Ayesha, est dominé par les hommes. Cependant, les activistes ne peuvent pas se laisser dissuader pour autant : « Au début, vous aurez peut-être l’impression d’être dépassée ». Mais, dit-elle, « c’est justement la raison pour laquelle vous devez être là ».  

Elle continue de croire en un avenir meilleur pour la technologie. « Il existe un énorme potentiel pour que ces espaces gagnent en inclusivité et deviennent plus sûrs pour tous les genres, et pas seulement pour les femmes. Il est possible que beaucoup plus d’empathie se dégage de ces espaces. »  

Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp
Telegram
Email

Agenda des évenements

Newsletter

Dernier bulletin d'information

Newsletter N°95 Juillet 2023

Abonnez-vous à notre newsletter