English EN French FR

34 ans après l’adoption de la Convention pour les protéger, les droits de l’enfant n’ont jamais été aussi menacés

34 ans après l’adoption de la Convention pour les protéger, les droits de l’enfant n’ont jamais été aussi menacés

Une action plus vigoureuse est nécessaire pour faire respecter les droits des enfants dans un monde où ils sont de plus en plus menacés par les conflits, l’augmentation de la pauvreté et les effets du climat, a déclaré lundi 20 novembre 2023,  la cheffe du Fonds des Nations Unies pour l’enfance, l’UNICEF.

Catherine Russell a lancé cet appel dans une déclaration à l’occasion de la Journée mondiale de l’enfance, qui commémore l’adoption de la Convention des Nations Unies relative aux droits de l’enfant (CDE), le traité sur les droits de l’homme le plus largement ratifié de l’histoire. 

« Depuis l’adoption de la CDE il y a 34 ans, les droits de l’enfant n’ont jamais été autant menacés », a-t-elle déclaré.

Les enfants dans le collimateur 

Bien que le traité de 1989 reconnaisse que tous les garçons et toutes les filles ont des droits inaliénables que les gouvernements ont promis de protéger et de faire respecter, « malheureusement, les enfants vivent aujourd’hui dans un monde de plus en plus hostile à leurs droits », a signalé Mme Russell.

Cela n’est nulle part plus évident que dans l’expérience des enfants touchés par les conflits. L’UNICEF estime qu’environ 400 millions d’enfants, soit à peu près un sur cinq, vivent dans des zones de conflit ou les fuient.

« Beaucoup d’entre eux sont blessés, tués ou victimes de violences sexuelles. Ils perdent des membres de leur famille et des amis. Et certains sont recrutés et utilisés par des forces ou des groupes armés », a fait valoir Mme Russell.

Le défenseure des enfants a ajouté que beaucoup ont été déplacés plusieurs fois, risquant d’être séparés de leur famille, de perdre des années d’éducation essentielles et de rompre les liens avec leur communauté.

Un milliard de personnes confrontées au risque climatique

En outre, il est « profondément troublant » que cette situation coïncide avec d’autres menaces pour les droits de l’enfant, notamment l’augmentation de la pauvreté et des inégalités, les urgences en matière de santé publique et la crise climatique.

Selon l’UNICEF, plus d’un milliard d’enfants vivent actuellement dans des pays où les impacts du changement climatique représentent un risque extrêmement élevé. 

« Cela signifie que la moitié des enfants du monde pourraient subir des dommages irréparables alors que notre planète continue de se réchauffer », a expliqué Mme Russell.

« Ils pourraient perdre leurs maisons ou leurs écoles à cause de tempêtes de plus en plus violentes … ils pourraient souffrir d’une grave perte de poids parce que les cultures locales se sont asséchées à cause de la sécheresse … ou ils pourraient perdre la vie à cause de vagues de chaleur ou de pneumonies provoquées par la pollution de l’air », a cité en exemple la cheffe de l’UNICEF.

Les enfants ont besoin de paix, maintenant

Mme Russell a appelé à soutenir la réalisation et la protection des droits de l’enfant, notamment en alignant des cadres juridiques nationaux sur la CDE et en veillant à ce que les auteurs de violations rendent des comptes, où qu’elles se produisent.

« Les enfants ont besoin de paix, maintenant », a clairement exprimé le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, sur son compte X, a l’occasion de la Journée.

Le Comité des droits de l’enfant des Nations Unies a également tiré la sonnette d’alarme lundi, appelant « à des cessez-le-feu et à un retour aux principes fondamentaux du droit humanitaire afin de protéger tous les enfants ».

La Journée mondiale de l’enfance est devenue « un jour de deuil pour les nombreux garçons et filles qui sont morts récemment dans des conflits armés », ont déclaré les membres du Comité dans un communiqué.

« Plus de 4.600 enfants ont été tués à Gaza en seulement cinq semaines. Cette guerre a coûté la vie à un plus grand nombre d’enfants, en un temps plus court, et avec un degré de brutalité que nous n’avons pas connu au cours des dernières décennies », ont-ils mis en exergue.

Des enfants à Maroua, Domayo, dans l’extrême Nord du Cameroun, une région impactée par le conflit dans la région du Lac Tchad couple au changement climatique.
UNOCHA
Des enfants à Maroua, Domayo, dans l’extrême Nord du Cameroun, une région impactée par le conflit dans la région du Lac Tchad couple au changement climatique.

La guerre contre les enfants 

Bien que la résolution adoptée la semaine dernière par le Conseil de sécurité de l’ONU, qui prévoit des pauses et des couloirs humanitaires, soit une mesure positive, elle « ne met pas fin à la guerre qui fait rage contre les enfants – elle permet simplement d’éviter que des enfants soient tués certains jours, mais pas d’autres », ont souligné les membres du Comité.

Le Comité s’est également inquiété des milliers d’enfants qui meurent dans des conflits armés dans de nombreux autres pays, notamment en Ukraine, en Afghanistan, au Yémen, en Syrie, au Myanmar, en Haïti, au Soudan, au Mali, au Niger, au Burkina Faso, en République démocratique du Congo et en Somalie.

« Des chiffres vérifiés montrent qu’en 2022, le nombre d’enfants tués ou mutilés dans le monde s’élevait à 8.630 », ont-ils dit. « Le fait que jusqu’à 4.000 enfants se soient vu refuser l’accès à l’aide humanitaire l’année dernière est très préoccupant. Compte tenu de la situation actuelle à Gaza, le nombre d’enfants victimes de ces graves violations des droits de l’homme augmente de façon exponentielle ».

Point de crise pour les filles

Les experts en droits de l’homme ont également mis l’accent sur la situation des filles touchées par les conflits armés, qui « se trouve également à un point critique », avec des rapports vérifiés sur l’enlèvement et le viol de filles au Soudan et en Haïti. 

En outre, ils ont exprimé leur inquiétude concernant les enfants des « combattants étrangers », tels que ceux qui se trouvent actuellement dans les camps du nord-est de la Syrie et qui devraient être rapatriés.

Si certains États ont pris des mesures pour assurer le retour des enfants et de leurs mères, on estime que 31.000 enfants vivent encore dans des conditions épouvantables dans les camps. 

Ils ont également attiré l’attention sur le sort des garçons qui sont séparés de leur mère lorsqu’ils atteignent le début de l’adolescence, ainsi que sur celui de plusieurs centaines de garçons qui sont en prison.

Source:news.un.org

Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp
Telegram
Email

Agenda des évenements

Newsletter

Dernier bulletin d'information

Newsletter N°95 Juillet 2023

Abonnez-vous à notre newsletter