Les femmes enceintes atteintes de COVID-19 encourent moins de risque de développer des ‎symptômes que les femmes qui ne le sont pas et souffrent de la maladie, toutefois, elles sont plus ‎susceptibles de nécessiter des soins intensifs en cas de forme grave de la maladie, selon les résultats ‎d’une nouvelle étude.

 

De nouveaux résultats de travaux de recherche publiés le 1er septembre 2020, dans la revue BMJ permettent de faire la lumière sur les risques de la COVID-19 chez les femmes enceintes et leur nourrisson. L’article suggère que les femmes enceintes qui ont eu une consultation à l’hôpital et chez lesquelles la COVID-19 est suspectée ou confirmée ont moins tendance à avoir de la fièvre ou des douleurs musculaires mais, si elles développent une forme grave de la maladie, elles sont plus susceptibles de nécessiter des soins intensifs que les femmes qui ne sont pas enceintes atteintes de la maladie.

 

Il s’agit du premier article présentant un « système dynamique de revue systématique » ; à savoir des travaux de recherche, au niveau mondial, en cours, et la collecte et la synthèse des données sur la situation des femmes enceintes atteintes de COVID-19 dans les pays du monde entier. Les travaux ont été dirigés par des chercheurs de l’Université de Birmingham (Royaume-Uni), de l’Organisation mondiale de la Santé et du Programme Spécial de Recherche, de Développement et de Formation à la Recherche en Reproduction humaine (HRP) ainsi que d’autres collaborateurs.

 

Pathologies préexistantes

Les données actuellement disponibles suggèrent que les personnes non blanches, plus âgées, en surpoids et/ou souffrant déjà d'une autre maladie, sont plus vulnérables et risquent de développer une forme grave de la COVID-19. Selon les résultats publiés aujourd'hui, les femmes enceintes qui sont atteintes de COVID-19 et souffrent d'une autre maladie, telles que le diabète ou l'hypertension artérielle chronique, ou qui sont plus âgées ou en surpoids, sont également plus susceptibles de développer de graves complications dues à la COVID-19.

 

Mercedes Bonet, un des auteurs de l'étude, indique que : « Les données factuelles nous montrent que les personnes souffrant de pathologies préexistantes, telles que le diabète ou l'hypertension artérielle, sont exposées à un risque plus élevé, que celles-ci soient enceintes ou non ». Ces résultats soulignent la nécessité pour les femmes enceintes et celles dont la grossesse a pris fin récemment de prendre toutes les précautions nécessaires.

 

Ces résultats soulignent la nécessité pour les femmes enceintes et les femmes dont la grossesse a pris fin récemment de prendre toutes les précautions nécessaires pour éviter de contracter la COVID-19, en particulier si elles présentent des affections sous-jacentes.

 

Risques pour les nouveau-nés et les femmes

Les résultats des travaux de recherche montrent que les femmes enceintes et atteintes de la COVID-19 sont plus susceptibles d'accoucher prématurément.  Les résultats indiquent également qu'un nourrisson sur quatre né d'une femme atteinte de COVID-19 a été admis dans un service de néonatologie ; cependant on manque de données sur les causes des naissances prématurées ou sur les indications d'admission aux services de néonatologie de ces nourrissons. Les taux de mortinatalité et de mortalité néonatale sont toutefois faibles.

 

Incidences pour les services de santé

 

Il est important que les prestataires de soins de santé aient conscience de la probabilité que les femmes enceintes atteintes de COVID-19 et leur nouveau-né nécessitent des soins spécialisés, et garantissent que les femmes et leurs nourrissons aient accès à ces soins. Cette observation est particulièrement pertinente pour les femmes enceintes atteintes de COVID-19 et présentant d'autres comorbidités.

 

En outre, il est essentiel de souligner qu’il convient de garantir le droit d’une femme enceinte qui est atteinte ou non de la COVID-19, à une expérience positive de la grossesse et de l'accouchement. Plus d’informations

 

Il est également important de reconnaître le stress et l'anxiété accrus causés par la COVID-19 qui peuvent être particulièrement ressentis par les femmes enceintes, les femmes dont la grossesse a pris fin récemment et leur partenaire, leurs enfants et leurs familles. Les prestataires de soins de santé ont un rôle à jouer pour répondre aux femmes enceintes de 

 

Lire l'article original sur WHO.

Facebook

Dernier bulletin