Alors que la pandémie de Covid-19 augmente les inégalités économiques, raciales et entre les sexes, l'ONU a célébré dimanche la Journée internationale de la fille, l’occasion pour la Vice-Secrétaire générale de l’ONU, Amina Mohammed, d’encourager les filles à réclamer davantage de progrès.

 

Un rassemblement virtuel intitulé « Etre audacieux. Bâtir l'équité pour les filles » a été organisé vendredi par l’ONU pour marquer cette journée et exiger un monde plus juste et équitable pour les filles.

 

Dans ses remarques liminaires, la Vice-Secrétaire générale de l’ONU a encouragé les filles à être « audacieuses » dans leurs demandes et à avoir confiance dans les choix qu’elles font.

 

« Alors que nous célébrons les réalisations et le potentiel des filles, nous devons maintenir la pression pour le changement », a-t-elle déclaré. « Vos solutions et vos idées sont essentielles pour accélérer le rythme des progrès ».

La discussion s’est focalisée sur les filles qui s'identifient comme lesbiennes, gays, bisexuelles, trans, queer, intersexuées ou asexuées (LGBTQIA) ainsi que sur les filles de couleur.

Alors que les filles LGBTQIA sont victimes de discrimination et d'intimidation pouvant les conduire à éviter l'école et à avoir une faible estime de soi, les filles de couleur ont un risque plus élevé d’être confrontées à la violence verbale, physique et sexuelle, selon les intervenantes participant à ce rassemblement en ligne.

 

L'activiste Molly P des États-Unis s'est déclaré avec fierté « bisexuelle » à l'âge de 11 ans.

Avec une famille solidaire, elle a lancé le Pinta Pride Project et le premier défilé LGBTQIA+ de sa ville en 2019, mais elle s'est demandé comment on pouvait « aider les filles trans du monde entier qui ne bénéficient pas d'une protection égale devant la loi ».

 

Egalement des États-Unis, l'activiste Oumou, de Girls for Gender Equity basée à New York, a appelé à la justice et à des réparations pour les jeunes femmes noires. Elle a souligné que « 40% des filles et des femmes noires sont victimes de viol ou d'agression sexuelle au cours de leur vie».

 

« Les filles noires méritent de vivre dans un monde où elles sont valorisées et protégées », a déclaré la jeune militante. Elle a demandé comment l'ONU pouvait œuvrer pour soutenir la Charte des droits des filles noires.

 

Faire progresser les obligations internationales en matière de droits humains

 

Nafissatou Diop, du Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA), a répondu que l'ONU aide les gouvernements à « faire progresser les obligations internationales en matière de droits humains ». Elle a également souligné la nécessité « d'élever la voix contre les expressions de racisme et d'inégalités entre les sexes ».

 

Alors que l'UNFPA travaille à l'autonomisation des femmes et des filles, Mme Diop a estimé que « chaque fille est un puissant agent de changement à part entière ».

 

De leur côté, les militantes ougandaises Patience et Kashish, âgées de 15 ans, ont souligné que les filles de leur communauté abandonnaient l'école parce qu'elles n'avaient pas accès aux produits d’hygiène féminine.

 

Des préoccupations courantes telles que « et si je me tache? et si je sens? » gardent les filles à la maison pendant leurs règles, ont expliqué les jeunes filles. Elles ont appelé à davantage d'éducation menstruelle.

 

Stigmatisation menstruelle

 

Et la stigmatisation menstruelle n'est pas réservée à l'Afrique. Aux États-Unis, Julia a cofondé le premier club féministe intersectionnel de son école, dont une enquête a révélé que 76% des étudiantes manquaient également l’école parce qu’elles n’avaient pas accès aux produits d’hygiène féminine.

 

« Je crois que les menstruations ne doivent pas être considérées comme un sujet tabou et… les produits d’hygiène féminine sont des nécessités, pas du luxe!», a-t-elle dit.

 

Pour s'attaquer à ce problème, Julia a créé un comité d'action introduisant une législation sur les produits d’hygiène féminine gratuits pour les écoles du Colorado sous-financées.

 

Bien que les coupes budgétaires liées à la Covid-19 aient empêché l'adoption du projet de loi, Julia a pu mettre l'équité menstruelle au premier plan de sa communauté et obtenir des accords des deux plus grands districts de l'État pour rendre les produits d’hygiène féminine gratuits et accessibles dans leurs écoles.

 

Anita Bahita d’ONU Femmes a estimé que les filles ont besoin de soins abordables et abordables. « Les idées innovantes doivent être reproduites et disponibles à tous les niveaux avec l'aide des dirigeants des communautés locales et des gouvernements, en particulier pendant la période de la Covid-19 », a-t-elle déclaré, soulignant que davantage de leadership et d'engagement des gouvernements étaient nécessaires pour maintenir les filles à l'école.

 

source.news.un.org

Facebook

Dernier bulletin