Ian Kiragu on Unsplash Les femmes, moteurs de changement en Afrique

Le Forum  Génération égalité s'est conclu mercredi  31st mars  2021 au Mexique par le dévoilement d'un plan d'action et de nouveaux engagements en faveur de l'égalité des sexes, alors que les jeunes et les leaders de la société civile ont présenté une vision pour 2026 et un parcours féministe commun. 

 

« Ce que nous voulons est ambitieux et juste. La justice n'est pas radicale, c'est une base de référence et elle doit devenir tout à fait normale », a déclaré Phumzile Mlambo-Ngcuka, Directrice exécutive d'ONU Femmes.

 

« Ceux qui contrôlent le pouvoir, les ressources et l'influence doivent être les champions de l'égalité des générations et nos partenaires dans la mise en œuvre des actions catalytiques bien pensées des coalitions d'action », a continué Mme Mlambo-Ngucka ajoutant que chacun des plans serait soutenu « par des investissements et dirigé par ceux qui ont le pouvoir et la portée nécessaires pour réaliser nos ambitions ».

 

Le Forum, qui s'est tenu à Mexico du 29 au 31 mars, a rassemblé quelques 10.000 personnes, dont plus de 250 intervenants de 85 pays, afin de redynamiser l'action et les mouvements en faveur de l'égalité des sexes. Près de la moitié des participants avaient moins de 30 ans. 

 

Des engagements catalytiques 

 

La journée de clôture a également été l'occasion de présenter des engagements catalytiques dont  l’Alliance pour le travail de soins, de l’Institut national des femmes du Mexique (INMUJERES) et ONU Femmes, pour faire face à la charge des soins qui entrave les opportunités économiques des femmes et qui a augmenté en raison de la pandémie ; Women Moving Millions, un réseau mondial de philanthropes individuels qui s'est engagé à réunir 100 millions de dollars d'ici un événement organisé à Paris ; ou encore le Groupe des amis de l'égalité des sexes, qui regroupe 20 États membres qui se sont engagés à coordonner leurs efforts et à promouvoir des actions dans différents forums multilatéraux en faveur de l'égalité des sexes.

 

Les engagements cruciaux pris lors du Forum répondent aux besoins accrus de la société civile, des mouvements de jeunesse et des mouvements féministes, ainsi qu'au plan d'accélération mondial « Blueprint » des coalitions d'action du Forum - des partenariats multipartites qui ont identifié les actions les plus catalytiques nécessaires pour accélérer l'égalité des sexes dans des domaines allant des droits économiques à l'arrêt de la violence contre les femmes. 

 

Le Forum de Mexico a ouvert la voie à un héritage durable en matière d'égalité. Le Forum s'engage maintenant sur la voie de Paris, où l'événement culminant aura lieu du 30 juin au 2 juillet. Les efforts déployés à Paris permettront de faire progresser et de consolider les engagements en faveur de la création de sociétés égalitaires entre les sexes, alors que le monde commence à se remettre de la pandémie de Covid-19.

 

« Le nouveau multilatéralisme que nous devons construire aujourd'hui sera sans doute jugé sur notre capacité à promouvoir et défendre, ensemble, les droits des femmes et des filles », a déclaré le ministre français de l'Europe et des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian.

 

Le ministre français a souligné que des « progrès tangibles » étaient nécessaires, se félicitant que ceux-ci soient désormais à porter de main grâce au travail accompli au Mexique.

 

Exiger la justice

Clôturant le Forum pour le gouvernement du Mexique, co-organisateur du Forum, Marcelo Ebrard, Secrétaire aux affaires étrangères du Mexique, a partagé sa vision du féminisme comme guide du changement face aux grandes inégalités que la pandémie de Covid-19 a exacerbées. 

 

Les leaders de la société civile et de la jeunesse qui ont participé à la co-conception du Forum ont marqué la clôture de l'événement en partageant leurs aspirations pour l'avenir, dont Chamathya Fernando, une jeune militante du Sri Lanka, pour qui la campagne Génération égalité « est la voix de chacun d'entre nous qui brise les stéréotypes, surmonte les obstacles, exige la justice et se bat pour les droits humains ».

 

« Nous ne devons laisser personne derrière, et nous ne nous arrêterons pas, car c'est notre présent et ce sera notre avenir », a lancé la jeune sri-lankaise. 

 

source:news.un.org

Facebook

Dernier bulletin