ITU/R. Farrell Selon l'ONU, dans le monde, 17% d'hommes et de garçons en plus ont accès à Internet par rapport aux femmes et aux filles.

Bien que les technologies de l'information et des communications (TIC) aient joué un rôle crucial tout au long de la pandémie de Covid-19 pour rester reliés les uns aux autres et continuer de bénéficier de services et de commerces essentiels, le chef de l'ONU a noté que la moitié du monde n’a toujours pas accès aux outils en ligne, les laissés-pour-compte étant pour la plupart les femmes et les filles de pays en développement.

 

Selon des données de l'Union internationale des télécommunications (UIT), il existe un écart de 17% entre les genres dans l'utilisation de l'Internet dans le monde, et cet écart est encore plus grand dans les pays les moins avancés. Dans certaines régions, cet écart ne fait que se creuser, aggravant les inégalités entre les genres qui privent les femmes et les filles de la possibilité d’accéder à l’éducation, de trouver un emploi mieux rémunéré et de créer des entreprises.

 

« Il est essentiel de rendre ces technologies accessibles à toutes et à tous si l’on veut reconstruire des collectivités et des économies plus fortes, et ainsi relever les nombreux défis les plus pressants du monde », a déclaré le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, dans son message célébrant la Journée internationale des filles dans le secteur des TIC.

 

Egalité des chances

 

Notant que cette Journée a pour but de susciter un mouvement mondial qui vise à accroître la représentation des filles et des femmes dans les technologies, il a exhorté tout le monde à « réaffirmer l’objectif d’une égalité des chances pour les jeunes femmes et les jeunes filles dans les domaines des sciences, des technologies, de l’ingénierie et des mathématiques ».

 

Alors que les filles du monde entier ont tendance à surpasser les garçons en lecture et en écriture, elles continuent d'être sous-représentées parmi les meilleurs en sciences, technologie, ingénierie et mathématiques (STEM).

 

Pour célébrer le 10e anniversaire de la Journée, le Secrétaire général de l'UIT, Houlin Zhao, a apporté son soutien à l'initiative “Les 10 moments des filles dans le secteur des TIC”, un engagement d'un an envers la prochaine génération de jeunes femmes dans les technologies.

 

En tant que champion international de l'égalité des sexes, il s'est engagé à aider les pays à sensibiliser et à promouvoir la participation active des filles et des jeunes femmes aux carrières liées au secteur des TIC. « Ce sera essentiel pour répondre à la demande d'emplois futurs sur un pied d'égalité », a-t-il déclaré.

 

Le chef de l’UIT s’est également engagé à renforcer les capacités des pays à collecter et à diffuser des données ventilées par sexe et par âge sur l’accès et l’utilisation des TIC et sur les compétences.

 

Combler le fossé numérique

 

En soutenant davantage l'éducation et la formation professionnelle, l'UIT espère encourager davantage de filles et de jeunes femmes à poursuivre activement des carrières dans les STEM pour combler le fossé numérique entre les sexes.

 

De son côté, la Directrice exécutive d'ONU Femmes, Phumzile Mlambo-Ngcuka, a déclaré que chaque fille a le droit d'être connectée et de jouer un rôle pour « façonner un avenir plus égalitaire, vert et axé sur les technologies ». « C'est le monde que nous construisons ensemble grâce la Génération égalité », a-t-elle déclaré dans un communiqué.

 

Pour chaque fille, l'objectif doit être une connectivité significative - y compris un haut débit fiable, rapide et disponible régulièrement - ainsi qu'un accès aux technologies numériques et à l'alphabétisation numérique universelle, selon Mme Mlambo-Ngcuka.

 

« Aujourd'hui, et chaque jour, nous reconnaissons que le pouvoir numérique doit être entre les mains des filles », a-t-elle précisé. « Nous avons maintenant une fenêtre et un élan uniques pour garantir des engagements audacieux qui garantiront que les filles sont connectées et habilitées à créer un avenir meilleur dont le monde a besoin ».

 

L’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) a déclaré que l’éducation des filles était « l’un des investissements les plus puissants que nous puissions faire pour notre avenir collectif ». L'agence onusienne a également souligné l'importance des applications mobiles, du leadership féminin et de l'entrepreneuriat féminin pour le développement durable, en tweetant : « Les carrières n’ont pas de sexe »

 

Source:news.un.org

Facebook

Dernier bulletin