Le Togo a enregistré un score faramineux en ce qui concerne les grossesses précoces en milieu scolaire, en cette année académique 2020-2021.

En seulement 5 mois, les cas de grossesses non voulues atteignent 1222.

 

Selon les travaux d’enquête menés par la Direction de la planification de l’éducation en collaboration avec l’UNICEF et la Banque mondiale, la plupart de ces grossesses sont enregistrées dans les lycées publics du pays.

La région des plateaux est en tête de fil. Elle est suivie par la région de la Kara qui aussi ne présente pas un visage encourageant.

Si malgré les multiples formations en éducation sexuelle, les choses s’empirent sur le terrain, il semble que la solution à ce problème est plutôt ailleurs.

 

source:https://topetudiant.com

Facebook

Dernier bulletin