Dans l’objectif de renforcer les connaissances des parties prenantes et les préparer à entamer les actions média de lutte contre les grossesses précoces, débute ce mercredi 21 juillet 2021, au siège du WiLDAF, un atelier d’élaboration des contenus des émissions et d’enregistrement des émissions-modèles. L’objectif de l’atelier est de contribuer à la réussite de la sensibilisation média inscrite sur le projet. L’atelier qui va se tenir sur 2 jours, regroupera 14 acteurs composés de jeunes, adultes, prestataires, responsables des OSC, agents de suivi, animateurs.  Il s’inscrit dans le cadre du projet « Prévenir les violences sexistes et les violations des droits sexuels et reproductifs des adolescents pour réduire les grossesses précoces au Togo » initié par Women in Law and Developpment in Africa-Afrique de l’Ouest (WILDAF-AO) en collaboration avec l’Association Togolaise pour le Bien Être Familial (ATBEF).

 

Ledit projet financé par le Centre de Recherche pour le Développement International (CRDI), vise globalement à proposer un modèle intégré de réponses aux grossesses des adolescentes qui tient compte des violences basées sur le genre pour améliorer la santé et les droits sexuels et reproductifs des adolescentes au Togo. 

 

Selon une enquête de la Direction de la planification de l’éducation, en collaboration avec l’UNICEF et la Banque mondiale publié sur le site https://www.republicoftogo.com, 1.222 cas de grossesses précoce ont été enregistrés entre septembre 2020 et mars 2021 dans les lycées publics. Ces statistiques concernent la région des Plateaux qui est en tête, suivie de celle de Kara. Seule la région Golfe-Lomé enregistre un nombre réduit de cas.

 

Ces statistiques alarmantes aggravées par la crise sanitaires, dénotent de la pertinence de la lutte mais également de l’urgence de trouver des stratégies appropriées pour y mettre fin. Le WiLDAF -AO se réjouit donc de la tenue de cet atelier et espère que les actions futures, en termes de prévention contre la problématique des grossesses précoces contribueront à réduire le phénomène, qui est vraiment un fléau handicapant l’avenir de milliers de filles dans la sous-région Afrique de l’Ouest 

 

Service communication WiLDAF-AO

 

 

 

 

Facebook

Dernier bulletin