Ce lundi 11 octobre 2021 a débuté à Saly, Dakar, un atelier de trois jours (11au 13 octobre) des experts et des Ministres de la CEDEAO pour examiner et adopter la stratégie régionale de la CEDEAO pour la prévention et la réponse à la violence sexuelle et sexiste et l'élimination de toute violence à l'égard des femmes et des filles et la politique de la CEDEAO sur le harcèlement sexuel dans les lieux de travail et les institutions de formation.

 

Comme partout dans le monde, l’Afrique de l’Ouest, connaît une récurrence de la violence sexuelle et sexiste aussi bien dans les espaces privés que publics et ceci malgré la panoplie textes mis en place pour lutter contre le phénomène. Pire encore ces violences se sont aggravées avec la pandémie covid-19, durant laquelle des restrictions de déplacement et des confinements ont été mis en place.

 

A cette recrudescence de violence, s’ajoutent d’autres défis énormes qui nécessitent une action concrète et urgente si nous voulons parvenir à la « tolérance zéro ». Ce sont entre autres la culture du silence et la banalisation des violences basées faites aux femmes qui font que les auteurs des violences restent impunis.

 

Pour remédier à cette situation des violences sexuelles et basées sur genre et consolider les acquis des états membres de la CEDEAO, la Commission de la CEDEAO, à travers le centre de la CEDEAO pour le développement du genre (CCDG), a  développé une «stratégie régionale pour prévenir et répondre à la violence sexuelle et basée sur le genre et l'élimination de toutes  les formes violences contre les femmes et les filles» ainsi qu’un «une politique de la CEDEAO sur le harcèlement sexuel sur les lieux de travail et les établissements éducatifs ».

 

L'atelier rassemble les Ministres des États membres de la CEDEAO, les Experts des États membres de la CEDEAO, le Centre de la CEDEAO pour le Développement du genre, les Départements des affaires sociales et du genre, de l’éducation, des finances et des ressources humaines de la Commission de la CEDEAO. Sont également présent à l’atelier le Personnel, les Partenaires au Développement, et les Organisations de la Société Civile dont le WiLDAF-AO représenté par Mme Mathilde Rizaliatou Attoh.

 

La rencontre permettra de mettre en œuvre l'engagement pris dans la « Déclaration sur la tolérance zéro à l'égard de la violence sexuelle et sexiste et l'élimination de toutes les formes de violence à l'égard des femmes et des filles à tout moment et en toutes circonstances dans la région de la CEDEAO » qui exhorte la Commission de la CEDEAO à fournir aux États membres des documents pour éliminer toutes les formes de violence à l'égard des femmes et des filles dans la région.

 

Le WiLDAF -AO salue la tenue de cet atelier et saisira l’opportunité pour influencer le contenu de ces documents dans le souci d’œuvrer à terme à l’élimination des violences basées sur le genre en général et en particulier au harcèlement sexuel dans les milieux du travail,  véritables fléaux dans notre sous-région.  

 

Service Communication

Facebook

Dernier bulletin