© UNICEF/Aleksey Filippov En Ukraine, des établissements scolaires des deux côtés de la ligne de front ont été endommagés ou détruits (photo d'archives).

Le Conseil de sécurité a adopté à l'unanimité vendredi 29 octobre 2021 une résolution historique condamnant fermement les attaques contre les écoles, les enfants et les enseignants et exhortant les belligérants à protéger immédiatement le droit à l'éducation.

 

Alors que le Conseil composé de 15 membres a déjà publié des déclarations dénonçant les attaques contre les écoles, il s'agit de sa première résolution à se concentrer explicitement sur le lien entre l'éducation, la paix et la sécurité.

 

« Rôle inestimable » de l'éducation

 

Dans la résolution 2601 (2021), les délégués ont souligné le rôle inestimable que joue l'éducation pour les individus et la société, y compris en tant qu'espaces sûrs qui sauvent des vies. Ils ont noté que fournir, protéger et faciliter la poursuite de l'éducation lors des conflits armés devrait rester une priorité essentielle pour la communauté internationale.

 

Le Conseil a également exhorté les pays à élaborer des cadres juridiques nationaux pour garantir le respect de leurs obligations juridiques internationales pertinentes, y compris des mesures globales pour prévenir les attaques contre les écoles, les enfants, les enseignants et autres civils concernés.

 

Entre autres éléments du texte, les membres ont demandé la mise en place de stratégies et de mécanismes de coordination pour l'échange d'informations sur la protection des écoles et de l'éducation, y compris entre les États, le Bureau du Représentant spécial du Secrétaire général pour les enfants et les conflits armés, et les missions politiques et de maintien de la paix de l’ONU.

 

Escalade des attaques

 

La question de l'éducation dans les situations de conflit a pris de l'importance au Conseil de sécurité et plus largement à l'ONU ces dernières années, alors que les attaques dévastatrices contre les écoles et les civils concernés se sont multipliées dans le monde entier.

 

Selon les données de l'ONU, plus de 22.000 élèves, enseignants et universitaires ont été blessés, tués ou blessés lors d'attaques contre l'éducation lors de conflits armés ou de situations d’insécurité au cours des cinq dernières années.

 

Les rapports annuels 2020 et 2021 du Secrétaire général sur les enfants et les conflits armés ont également mis en lumière l'augmentation des attaques contre les écoles.

 

Le 10 septembre 2020, la délégation du Niger a convoqué un débat public du Conseil de sécurité sur les attaques contre les écoles, au cours duquel les membres ont adopté une déclaration présidentielle réaffirmant le droit à l'éducation et sa contribution à la paix et à la sécurité. Elle a également appelé les pays à prendre des mesures pour prévenir les attaques et les menaces d'attaques contre les écoles.

 

Les membres du Conseil, s'exprimant après le vote de vendredi, se sont félicités de l'adoption de la résolution, qui est la première uniquement dédiée à la protection des salles de classe et des écoles.

 

Le représentant de la Norvège - l'un de ses co-facilitateurs, avec le représentant du Niger - a déclaré que le texte aidera le Conseil à faire entendre sa voix contre la perturbation croissante de l'éducation en période de conflit. Elle a noté que des écoles, des enseignants ou des étudiants ont été attaqués dans 93 pays entre 2014 et 2019.

 

Le délégué du Niger a ajouté que plus de 75 millions d'enfants dans le monde ont vu leur éducation perturbée par les conflits, alors que les attaques contre les écoles et les infrastructures scolaires se sont multipliées de manière alarmante.

 

Source:news.un.org

Facebook

Dernier bulletin