English EN French FR

Utiliser la loi comme outil pour l’autonomisation des femmes en Afrique de l’Ouest de 2008 à 2011

Projet : « Utiliser la loi comme outil pour l’autonomisation des femmes en Afrique de l’Ouest »  

Partenaire financier. Le fond MDG 3 du Ministère des Affaires Etrangères des Pays Bas 

Coût total : 1 842 398 € soit 1 208 533 865 F CFA

Durée :  3ans  Pays : Benin, Burkina Faso, Cote D’ivoire, Ghana, Togo.

Objectif :  Permettre aux femmes membres des coordinations d’organisations paysannes et des milieux ruraux de 5 pays d’Afrique de l’Ouest, de connaitre leurs droits, de les revendiquer afin d’en jouir au même titre que les hommes dans leur vie familiale, communautaire et professionnelle, et de les faire appliquer au profit des femmes de leurs milieux respectifs.

Résultats

  • 250 agricultrices connaissent les droits des femmes et sont en mesure de travailler à leur diffusion et à leur application au sein des familles, des communautés et des activités économiques des femmes
  • Cinq (5) études nationales sur l’accès des femmes à la terre, à la propriété et au contrôle foncier sont disponibles
  • 131 comités communautaires de lutte contre les violences faites aux femmes mis en place dans les cinq pays ont reçu 1 859 cas dont 1 447 totalement résolus au 30 juin, soit un taux de réalisation de 77,83% avec une amélioration de 17,83% par rapport aux résultats attendus du projet.
  • Lors de l’extension du projet 492 cas de violence ont été reçus et les comités ont pu en régler 403 avec succès et ont renvoyé la plupart des cas non réglés à la police ou à d’autres mécanismes étatiques. Cela montre un taux de réalisation de 82%.
  • Au moins 85 % des cas de violence et de conflits familiaux reçus, en particulier ceux relatifs à l’héritage, sont réglés dans les limites du respect des droits des femmes
  • 5.465 séances de sensibilisation ont été menées et ont touché 218.040 personnes au cours de la période de mise en œuvre du projet. (79.973 hommes et 138.067 femmes.)
  • 154 émissions de radio dans les communautés
  • 676 parcelles de terre sont attribuées par les autorités locales aux agricultrices en pleine propriété et 270 des terres dans des conditions sûres et sécurisées aux fins de l’agriculture collective ou individuelle.  Dans certains cas, il s’agit d’un enregistrement conformément à la loi foncière.
  • 34,48% de femmes ont accédé à des instances de prise de décision dans leur communauté contre 10 % avant 2009
  • Des changements de mentalité et abrogation de certaines dans les pratiques coutumières néfastes à l’égard des femmes telles que les rites de veuvages se sont opérés dans les communautés.
  • L’acceptation massive de la célébration du mariage d’enregistrement dans certains villages ;

Rapport Final

Rapport d’Évaluation Externe

Nous suivre

Derniers Articles

Agenda des évenements

Newsletter

Dernier bulletin d'information

Newsletter N°90 Avril 2022

Abonnez-vous à notre newsletter

Utiliser la loi comme outil pour l’autonomisation des femmes en Afrique de l’Ouest de 2008 à 2011